Malgré le ralentissement des embauches, le taux de chômage baisse aux États-Unis

Le taux de chômage aux Etats-unis poursuit sa baisse. Il s’est élevé à 8,2 % en mars, malgré un net ralentissement des embauches, selon des chiffres publiés vendredi 6 avril par le gouvernement. Ce dernier avait déjà annoncé jeudi que les nouvelles inscriptions au chômage étaient au plus bas depuis quatre ans.

En données corrigées des variations saisonnières, la première économie mondiale a créé 120 000 emplois nets, selon le département du travail – soit beaucoup moins qu’attendu par les analystes, qui tablaient sur 200 000. L’embauche avait été plus vigoureuse lors des deux premiers mois de l’année, permettant la création de 275 000 emplois nets en janvier et de 240 000 en février.

Des économistes craignaient que ces chiffres aient pu être gonflés par un temps inhabituellement clément, apportant un surcroît d’activité qui allait être compensé par un ralentissement en mars.

UNE TENDANCE NETTE À LA DÉCRUE

Le chômage peut évoluer différemment des créations d’emploi : le premier est déterminé par des sondages auprès des ménages, alors que les secondes sont calculées à partir de sondages auprès des entreprises, il est sensible aux variations de la population active (qui a moins augmenté en mars qu’en janvier ou en février), et il est calculé au dixième de point de pourcentage près, d’où des effets de seuil. Depuis l’été, la tendance du taux de chômage est nettement à la décrue, puisqu’il atteignait encore 9,1 % en août.

Cette tendance est aussi claire pour une autre mesure du marché du travail, le taux de chômage et de sous-emploi – comprenant entre autres les salariés travaillant à temps partiel contre leur gré, ou les personnes ayant abandonné la recherche active d’un emploi – qui a chuté à 14,5 % en mars contre 14,9 % en février. C’est le taux le plus bas depuis janvier 2009.

Le Monde 6 Avril 2012

This entry was posted in Economie, Floride, Politique, Societe, USA and tagged , , . Bookmark the permalink.