Le Lamantin , animal symbole de la Floride.

Depuis la nuit des temps, des générations de marins ont affirmé avoir vu des sirènes dans les eaux floridiennes. Mi-poissons, mi-femmes, ces étranges créatures, entraînant de leur chant suave les navires au large, seraient responsables de nombre de naufrages.

Mais, loin de la légende, ces sirènes seraient en fait … des lamantins . Chant troublant, buste arrondi, de quoi induire en erreur des marins isolés en mer depuis de longs mois et plus vraiment habitués aux présences féminines.

Il faut plonger sous l’eau pour s’apercevoir que cette grosse bêbête n’a pas grand-chose à voir avec les sirènes sensuelles des mythes marins. Le lamantin peut mesurer plus de 3 mètres et peser près de 2 tonnes. Chaque jour, il ingurgite à lui seul 50 kg de nourriture… que du végétal !

Comment décrire le sympathique lamantin ou « manatee » comme on l’appelle aux Etats-Unis ? Quelque part entre le dauphin, le lion de mer et la vache (on le surnomme d’ailleurs « la vache de mer »), cet étonnant mammifère herbivore, totalement inoffensif, s’épanouit notamment dans les eaux floridiennes dont il est devenu l’un des symboles.

Lamantin (Manatee)

Les lamantins n’évoluent que dans des eaux chaudes, 20°C et plus, à l’intérieur une vaste zone tropicale de l’Atlantique, allant du continent africain aux Amériques. Ils peuvent mourir si la température de l’eau descend en-dessous de 15°C. Ils privilégient les marais côtiers et l’embouchure des fleuves. Ici, aux États-Unis, vous aurez peut-être la chance de croiser une espèce de « lamatin des Caraïbes », le « Trichechus manatus latirostris », plus communément appelé « lamantin de Floride » notamment dans les environs du parc national des Everglades. De la chance, car à l’état sauvage, ces animaux-là deviennent de plus en plus rares à observer. La faute principalement au tourisme et à l’agriculture.

Longtemps massacrés pour leur chair et leur huile, les lamantins sont aujourd’hui une espèce menacée d’extinction quand bien même leur chasse est interdite depuis le début du 20e siècle.

Leurs nouveaux prédateurs sont d’abord… les touristes. Il arrive que des baigneurs les caressent, les poursuivent, bref : les harcèlent, parfois avec le consentement des autorités qui voit en eux une manne bienvenue .

Mais les plaisanciers causent plus de dégâts encore. Les lamantins n’évoluent qu’en eaux peu profondes, ils s’exposent ainsi à la lame coupante des hélices des embarcations : quand ils ne meurent pas sur leur coup, ils souffrent de graves mutilations, d’amputation des nageoires, de larges coupures sur le corps. Pour éviter cela, des règles strictes limitent la navigation et blesser ou tuer un lamantin est un crime fédéral.

En Floride , les ravages de l’industrie touristique se couplent à ceux de l’industrie agricole, très puissante dans cette région. L’habitat des lamantins est tout simplement saturé des phosphates déversés par l’industrie sucrière du coin. Selon la Commission floridienne de la pêche et de la vie sauvage de Floride (Florida Fish ans Wildlife Commission), les activités humaines seraient responsables de 20% à 40% des décès de lamantins enregistrés dans les eaux de l’État.

Dans cet environnement hostile, le lamantin survit difficilement. Il est considéré aujourd’hui comme une espèce en danger (« endangered »), le gouvernement fédéral refusant pour le moment d’élever le niveau à « threatened », ou « menacé d’extinction ».

Lamantins (Manatee)

This entry was posted in Environnement, Floride and tagged , , . Bookmark the permalink.